Overblog
Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Nos Actions En Cours

/ / /
La faune actuelle de l'île de La Réunion porte la marque profonde et indélébile de l'arrivée de l'Homme sur ses rivages.

Les Mascareignes étaient anciennement l'archipel océanique qui possédait la plus riche herpétofaune au monde. Les taux d'endémisme atteignaient 96 % pour l'ensemble de l'archipel et 83 % pour l'île de La Réunion.
Cette richesse fut en partie détruite dès les débuts de la colonisation humaine, et se sont près de 50 % de l'ensemble des espèces de l'archipel et 60 % des espèces réunionnaises qui ont disparu ou se sont éteintes. Ainsi, sur les 33 espèces de reptiles connues ayant existées, 15 se sont éteintes, 11 sont réduites à des reliques de populations et seulement 7 présentent des populations conséquentes.

 

La chasse à outrance, la destruction de l'habitat et l'introduction de nouvelles espèces beaucoup plus compétitrices sont les principales causes de la destruction anarchique de ces espèces fragiles et uniques au monde.

 

  • Les tortues géantes

Il existait dans l'archipel cinq espèces de tortues géantes appartenant au Genre Cylindraspis (=Geochelone). Deux étaient endémiques de Rodrigues, deux de Maurice et une de l'île de La Réunion. Dès l'installation de l'homme dans l'archipel, ces tortues furent l'objet d'une surexploitation pour la viande. Elles sont aujourd'hui toutes les cinq éteintes et ce malgré des mesures de conservation prises dès le 17ème siècle à La Réunion.

 

  • Les scinques

Il existait dans l'archipel sept espèces de scinques. Trois espèces se sont éteintes (1 à Maurice et 2 à La Réunion) victimes de la destruction de leur habitat et de la prédation par des espèces introduites tels que les rats ou la Couleuvre loup Lycodon aulicus introduite depuis l’Inde vers 1850.

 

Les populations réunionnaises d’une quatrième espèce ont tellement diminué qu’elles ont été déclarées disparues pendant plus de 130 ans avant la redécouverte d’une population en 1999.

 

  • Les geckos

Sur six espèces de geckos nocturnes indigènes du genre Nactus, trois se sont éteintes (2 à Rodrigues et 1 à La Réunion) suite à l'arrivée de l'homme probablement en raison de la compétition alimentaire et/ou pour l’habitat avec un gecko introduit, le Margouillat des maisons Hemidactylus frenatus.

 

Sur 10 espèces originelles de geckos verts diurnes du genre Phelsuma réparties dans les Mascareignes, deux se sont éteintes à Rodrigues suite à l’installation humaine.


  • Les serpents

Le Serpent aveugle de l'île Maurice Typhlops cariei est aujourd'hui éteint et le Boa fouisseur de l'île Ronde Bolyeria multocarinata, aperçu pour la dernière fois en 1975, est considéré comme disparu.

 

  • Les espèces restantes

A Rodrigues, sur les 7 espèces originelles une seule espèce indigène subsiste encore aujourd’hui : le Gecko nocturne des maisons Lepidodactylus lugubris.

 

L’île Maurice et ses îlots satellites n’abritaient pas moins de 18 espèces indigènes ou endémiques.

Aujourd’hui, cinq espèces se sont éteintes. Seules cinq espèces vivent encore sur l'île principale. Quatre geckos verts diurnes du genre Phelsuma y sont présents mais deux ne survivent que sous forme de petites populations très fragmentées.

Six autres espèces survivent uniquement sur les îlots satellites de Maurice qui sont dépourvus des prédateurs introduits sur l’île principale. L’île Ronde abrite ainsi un boa, trois scinques et trois geckos : deux geckos verts diurnes du genre Phelsuma (dont un est également présent sur l’île principale) et un gecko nocturne. Un gecko du genre Nactus survit sur l’île aux Serpents et un autre sur l'île aux Pigeons, l'île aux Vacoas et Coin de Mire.

 

Sur l'île de La Réunion, sur les sept espèces indigènes ne subsistent aujourd’hui de façon certaine que deux geckos diurnes endémiques : le Gecko vert des Hauts Phelsuma borbonica et le Gecko vert de Manapany Phelsuma inexpectata. Une espèce de scinque déclarée disparue, le Scinque de bouton Cryptoblepharus boutonii, a été revue en 1999. Toutefois aucune observation n’a été faite depuis lors et le statut de l’espèce est totalement inconnu (taille de population, répartition, etc.).

 

La liste des espèces originelles, disparues et restantes est présentée dans ce document :

Tableau récapitulatif des espèces de reptiles des Mascareignes (pdf à télécharger)


 

  Tableau récapitulatif du nombre d'espèces de reptiles indigènes des Mascareignes aujourd'hui disparues :

 

île nombre espèces originelles nombres espèces disparues % espèces disparues
Réunion 7 4 57 %
Maurice + ilôts satellites 18 5 28 %
Rodrigues 7 6 86 %

 


 


Partager cette page

Published by